Édition 2017

Alexandra Rousset,
marraine de L’Échappée Belle 2017

Pourquoi avez-vous choisi de venir sur L’Echappée Belle ?

Pour découvrir une course, un massif, des chemins, pour sortir de ma zone de confort !!

En quoi cette course vous attire ?

Depuis 6 ans que je vis en Isère, j’ai eu l’occasion de courir dans divers massifs, mais jamais vraiment dans celui de Belledonne, si ce n’est sur l’édition 2016 de l’UT4M, mais j’y suis passée de nuit… donc c’est un massif qui, pour moi, reste à découvrir…

Qu’est-ce qui la distingue des autres courses ?

En général, on a plutôt tendance à faire le tour d’un massif sur du gros chemin carrossable, ou de le traverser dans le sens de la largeur via 1 col, là, on en fait la traversée dans le sens de la longueur. La montagne, on ne la verra pas en levant la tête, on sera dessus, et elle sous nos pieds… gros sentiment de liberté et d’être seule au monde. J’a-do-re !

Connaissez-vous les sentiers de Belledonne ?

Non, mais je devrais être sur la seconde reconnaissance début août.

Comptez-vous faire une préparation spécifique ?

Non, préparation « classique » pour du long en montagne. La base de ce genre de format c’est l’endurance et le mental (+ l’alimentation, mais j’aurais un assistant sur la course, sur toutes les zones de ravitaillement). La technicité serait primordiale sur un format court, avec de la vitesse ; sur du long elle est beaucoup moins importante. Habituée de la montagne, sans être un chamois, j’ai quand même un peu le pied montagnard, donc rien de particulier pour encaisser la technicité qui fait la réputation de l’échappée Belle.

Que conseillez-vous aux autres inscrits ?

Conseil n°1 : essayer de me suivre …
Non, plus sérieusement, je ne pense pas être légitime pour donner des conseils niveau préparation, j’ai plutôt tendance à mixer un peu toutes les informations que j’entends à droite à gauche.
En course je suis dans ma bulle mais mes préparations ne sont pas exemplaires.
En course j’ai tendance à dire qu’il faut laisser passer la nuit, qu’en général elle bat de nouveau les cartes, tout le monde ne la passe pas de la même façon…

Conseil n°2 : ne pas y passer 2 nuits !!

Pourquoi avez-vous accepté d’être marraine ?

Parce que sur le papier le format de course me plait, qu’il est en adéquation avec les courses que j’aime et que j’ai l’habitude de courir…  long en montagne. J’aurais eu du mal à accepter la même proposition pour un 10 km route…

Quelques uns de ses résultats :

  • 1ère Ut4M160 XTREM 2016
  • 1ère Grand Raid de la Réunion (Diagonale des fous) 2004
  • 1ère Ultra du Vercors 2015
  • 1ère Grand Duc 2014 solo
  • 1ère Défi de l’Oisans 2006

David Barranger,
parrain de L’Échappée Belle 2017

Pourquoi as-tu choisi de venir sur L’Échappée Belle ?

Habitant le plateau des Petites Roches, je vois la chaîne de Belledonne tous les jours, le concept de la course est à la fois magique et un peu fou. Et de vivre une aventure près de la maison c’est ce qui m’attire le plus. Pas besoin d’aller au fin fond de l’Australie ou sur la muraille de Chine pour en prendre plein les yeux.

En quoi cette course t’attire ? Qu’est-ce qui la distingue des autres courses ?

Je fais peu de trail en compétition car souvent je m’ennuie sur les parcours. L’échappée belle est une course à part, il faut être rustique, dur au mal et on sait que rien ne se passera comme prévu. La progression de nuit rajoute une saveur particulière, cela me rappellera les meilleurs moments que j’ai pu passés sur les raids aventure.

Connais-tu les sentiers de Belledonne ?

Oui. C’est minéral, magnifique, brutal.

Comptes-tu faire une préparation spécifique ? Que conseilles-tu aux autres inscrits ?

Ma préparation sera spécifique, ce sera mon seul dossard de l’année. Je peux travailler quelques points clés en Chartreuse, mais à partir du mois de juillet je viendrai régulièrement en Belledonne. Je pense reconnaître le parcours en intégralité.

Je conseille aux autres inscrits de demander des conseils aux finishers. Ce sont  les seuls qui peuvent en parler !

Pourquoi as-tu accepté d’être parrain ?

C’est un plaisir de faire la promotion des belles épreuves que nous avons dans la région comme l’Echappée Belle ou le Grand Duc qui mettent en valeur nos beaux massifs. Je remercie Pierre Gagnière de m’avoir sollicité pour être le parrain de cette édition 2017. Au-delà de la course, j’espère faire de belles rencontres et passer de bons moments avec les organisateurs.

CV sportif :

  • Raids aventure : 9ème des championnats du monde (2009 au Portugal – 130h de course)
  • VTT : 9ème de la MB Race 140km (2012)
  • Trail : 1er du Grand Duc de Chartreuse 2016
  • Record des 4 sommets de Chartreuse en boucle – 7h13 (2015)
  • Temps de référence en kilomètre vertical : 35’20 (Fully-2016)

Édition 2016

Janick DELVA,
la référence trail en Belgique, marraine de L’Échappée Belle 2016

A 43 ans, Janick Delva fait preuve d’une régularité et d’une progression surprenantes. La course à pied, elle ne l’a découverte que tardivement, « j’ai débuté la course à pieds il y a 10 ans. Mon premier jogging, 13,6 km, m’avait semblé interminable ! Ensuite, je me suis très vite orientée vers les courses natures et trails. Courir en pleine nature me paraissait une évidence. » Aujourd’hui, elle enchaîne les ultra-trails qui dépassent largement les 100km. Elle aime les courses techniques, l’Échappée Belle est faite pour elle !

Janick Delva a été contrainte d’abandonner au refuge de La Pra pour cause de blessure à la cheville.
« Ce sont le côté sauvage et le parcours technique qui m’attirent dans l’Échappée Belle. Je pense que toutes les parties peuvent être redoutables… sur un tel parcours, il faut toujours être attentif à la gestion de l’effort. Le parcours est très exigeant et nous permet de découvrir un environnement exceptionnel ! »

Christophe LE SAUX,
trailer atypique et passionné au palmarès incroyable, parrain de L’Échappée Belle 2016

Vainqueur de plus de 50 courses et souvent sur les podiums, Christophe Le Saux a participé et remporté les plus grands trails de la planète, entre autres : le Marathon des Sables, the Track Outback Race (Australie), le Guyane’Trail, la Guada Run (Guadeloupe), la Cordillera Huayhuash Trail (Pérou)… Véritable icône de la course en milieu naturel, il a su se faire connaître de par sa technique maîtrisée, son physique hors-norme et sa bienveillance.
C’est à l’âge de 11 ans que Christophe Le Saux a mis aux pieds ses premières chaussures de course. Après avoir intégré une école d’athlétisme où il découvre l’ensemble des disciplines, il se passionne pour la course de longue distance. Il participe alors à de nombreux cross et monte en distance au fur et à mesure du temps. Il prend le virage de l’Ultra-Trail en 2004 à l’occasion du Grand Raid Caroux-Occitanie où il arrivera vainqueur dans sa catégorie et contracte aussitôt le virus ultra. A travers le trail, il recherche un sentiment de liberté. Il aime faire corps avec la nature et découvrir de nouveaux pays, leurs paysages et leurs cultures.

3ème de l’Échappée Belle intégrale 2016 en 30h16
 » L’Échappée Belle c’est une ultra aventure. C’est dur dur mais les magnifiques paysages et le sourire des bénévoles nous font oublier la douleur. Un grand merci à Florent et toute son équipe de nous avoir fait rêver sur ce parcours que l’on ne ferait jamais seul. Un magnifique massif et un trail exceptionnel. »

Édition 2015

Emilie LECOMTE,
qui enchaîne les podiums et compte de nombreuses victoires prestigieuses à son palmarès, marraine de L’Échappée Belle 2015

Emilie organise sa saison en fonction des lieux qu’elle souhaite découvrir et des courses qui la font rêver, L’Échappée Belle a été l’une d’elle !
Venue au trail tardivement et un peu par hasard, elle fait aujourd’hui partie des personnalités de la discipline. « Je faisais du raid multi-sports, courir s’avérait être une discipline à travailler pour les raids. Une fracture de la clavicule a lancé ma première saison de trail, si on peut résumer cela comme ça !… C’était début 2009 : comme je ne pouvais pas faire de vélo à la suite de cette blessure, j’ai couru… Parmi mes plus beaux souvenirs, il y a bien sûr le record sur le GR20, le 21 juin 2012 en 41H22, et le Tor des Géants en 2014, pour l’aventure humaine extraordinaire que représentent ces 2 aventures… Pour ce qui est des victoires qui m’ont le plus marquées, sans doute le Grand Raid en 2012 et le Trail des Aiguilles Rouges en 2010. » nous explique-t-elle avant sa participation à L’Échappée Belle.

Emilie Lecomte – 1ère féminine Échappée Belle 2015, 3ème au scratch en 30h09

Lionel BONNEL,
sportif accompli et montagnard aguerri, parrain de L’Échappée Belle 2015

Après avoir fait durant plus de 20 ans du ski alpin puis du ski alpinisme à haut-niveau, c’est aujourd’hui un coureur reconnu dans le monde du trail.
 » J’ai mis beaucoup de temps avant de franchir le pas du trail running. J’ai d’abord fait du ski alpin, puis du ski alpinisme pendant une vingtaine d’années à haut niveau. L’été je pratiquais diverse disciplines comme le VTT et l’escalade et naturellement je me suis mis aux raids multisports. C’est seulement à l’âge de quarante ans que je me suis véritablement tourné vers le trail. Grâce à mes années de sport d’endurance, j’ai rapidement eu de bons résultats en course en montagne avec plusieurs victoires sur le Tour des Glaciers de la Vanoise, le Tour de la Grande Casse, le trail des Écrins, le marathon de l’Ultra Trail du Toubkal, la 6000D, la Restonica en Corse… »

Lionel Bonnel a été contraint d’abandonner au ravitaillement du Gleyzin à cause d’un problème de dos.

Édition 2014

Lucas HUMBERT,
sportif accompli et montagnard aguerri, parrain de L’Échappée Belle 2014

Lucas Humbert nous explique sa venue au trail,  « j’ai toujours pratiqué la montagne (ski, alpinisme, randonnée….). C’est un pari avec un ami, courir la Feu Tarine en 2006, qui m’a fait venir au trail ! J’ai rapidement apprécié et pris du plaisir. J’ai notamment gagné par la suite l’Ultra 6000D en 2010, le Tour de l’Oisans non-stop en 2011 (et record du GR tour de l’Oisans en 32h), le Raid du Queyras en 2013 et quelques autres. Des belles places d’honneur (4ème CCC 2009, Balcons d’Azur, 7ème Monts 2010, 3ème trail Drôme Lafuma, TGV, Aravis’Trail 2010, 5ème UTAT 2011, UTTJ, Transju’Trail 2011, 2ème Grande Traversée des Mélèzes 2012…)« 
A la recherche d’aventures humaines, Lucas Humbert a été heureux de parrainer l’Échappée Belle, une course « en phase » avec ses valeurs, «  un évènement éco-responsable, ayant pour objectif de faire découvrir un massif en impliquant les intervenants locaux » déclare-t-il.  » L’Échappée Belle permet réellement de se plonger dans la montagne et de s’imprégner de cet environnement. J’espère que malgré l’intensité de l’effort, les coureurs apprécient la beauté des paysages et ressentent l’authenticité de ces lieux. Je conseillerais simplement aux participants de ne pas considérer l’Échappée Belle comme une course, mais comme une aventure, avec l’unique objectif d’aller au bout… »

Édition 2013

Sandrine BERANGER,
championne de raid multisports, marraine de la première édition de L’Échappée Belle

« J’ai découvert le trail et le raid multisport (trail, VTT, kayak, orientation) en 2004, en faisant la connaissance de Denis, mon compagnon, et j’ai tout de suite adoré. Mes parents m’ont donné le goût de la nature, de la montagne (ils sont grimpeurs), et j’adore parcourir les sentiers à pied ou à VTT. En 2005, je me suis inscrite un peu par hasard au Grand Raid de la Réunion, pour une belle première place et un sacré souvenir. En 2008 je fais 4ème sur l’UTMB. Côté multi-sport je fais partie du Team Raidlight, et en 2010 nous avons gagné la manche française du Championnat du Monde, puis fait 10ème à la finale espagnole du Championnat du Monde. En 2012 nous terminons 6ème à la finale du Championnat du Monde (Raid in France) qui a eu lieu en France en septembre. »

Sandrine Béranger, 1ère féminine de L’Échappée Belle 2013, 10ème place au scratch en  34h23mn
 » J’aime bien les challenges, et la traversée de Belledonne, ça « a de la gueule » quand même ! J’aime quand c’est technique, avec le plus de mono traces possible… »

Oscar PEREZ LOPEZ,
amoureux de la montagne et athlète hors du commun, parrain de la première édition de L’Échappée Belle

« Connaître de nouvelles régions et ses montagnes, c’est ma plus grande motivation. Le trail running est une autre manière de me rapprocher des montagnes. »

Oscar Perez Lopez vainqueur de la première édition de L’Échappée Belle en 28h. Il termine deuxième du Tor des Géants seulement 10 jours après.

Ses premiers mots à l’arrivée auront été simples et fort de sens : “PLUS BELLE, PLUS DURE !”.