La 7ème édition de L’Échappée Belle, ultra traversée de Belledonne, aura lieu les 23, 24 et 25 aout 2019

Ouverture des inscriptions le 14 janvier 2019.

Échappée Belle 2018, une édition pleine de surprises !

La 6ème édition de L’Échappée Belle s’est achevée sous le soleil dimanche 2 septembre dans le parc du château d’Aiguebelle. La technicité de la course et l’accueil chaleureux des bénévoles, de cette traversée de Belledonne, ont une nouvelle fois séduit tous les participants, malgré une météo qui a un peu bouleversé le parcours et le programme.

Christophe Anselmo remporte l’Échappée Belle 2018 en 24h13min30s

Après un parcours modifié par la météo, c’est la nuit qui a bousculé le classement de cette 6e édition de l’Échappée Belle, Christophe Anselmo a été le premier à franchir la ligne d’arrivée à Aiguebelle samedi à 6h15.

C’est parti pour l’Echappée Belle 2018 !

Un trail de 144 km à travers le sauvage et abrupt massif de Belledonne

600 coureurs dont 50 en duo, ont pris le départ du 144 km de l’Échappée Belle donné ce matin à 6h dans le parc du Domaine de Vizille. L’arrivée est prévue à Aiguebelle, demain matin pour les meilleurs.


Col de la Botte (crédit : Thomas Vigliano)

L’Échappée Belle, course montagnarde et atypique, attire chaque année de plus en plus de trailers du monde entier. Pour sa 6ème édition, du vendredi 31 août 6h au dimanche 2 septembre 12h, 1700 coureurs de 28 nationalités sont inscrits sur les trois courses. Le départ du parcours intégral (144 km) a été donné vendredi 31 août à 6h du matin à Vizille.

Un parcours qui a dû s’adapter aux conditions météos

Malheureusement, les conditions météorologiques ont contraint à quelques modifications : les trailers ne passent pas cette année par la Croix de Belledonne ni par le col de l’Aigleton. Les premiers sont donc arrivés au Pleynet un peu plus tôt que prévu, ce vendredi vers 16h.


Passage au Pleynet : Yannick Blancard et Jérémy Lavy, en tête de la course. (crédit : Thomas Vigliano)

Yannick Blancard et Jérémy Lavy sont passés en tête, ensemble et très en forme après 10 heures de course, suivis quelques minutes plus tard par le slovaque Marian Priadka. Sourire aux lèvres, ils étaient ravis de cette première partie du parcours qui les a même menés au-dessus de la mer de nuages. Chez les femmes, Sandrine Béranger, marraine de la course, est passée en tête au Pleynet à 17h20. 17ème au scratch, elle semble en forme mais avoue tout de même souffrir des températures fraîches. Elle est suivie par Gladys Jaussaud et Lucia Dobrucka, deux autres favorites.

Malgré une météo capricieuse avec des nuages parfois un peu bas, laissant quand même apparaître par trouées, le soleil et les magnifiques panoramas de Belledonne, jusque-là, seuls 4 abandons ont été enregistrés.

Suite de la course

Sur la deuxième moitié de la course, les coureurs seront détournés du parcours initial et ne monteront pas au col Morétan (2500 m). En effet, les prévisions météorologiques annoncent pour cette nuit un vent du nord de 50km, des températures jusqu’à -12°C et même de la neige, obligeant le repli vers des sentiers moins élevés pour des raisons de sécurité. Avec ce parcours légèrement raccourci, les premiers finishers du 144 km devraient arriver Aiguebelle samedi tôt dans la matinée.

Le départ du 85 km sera donné samedi 1er septembre à 6h au Pleynet. Les participants du 57 km partiront eux à 9h d’Allevard. Parmi eux, Joris Botton, parrain de cette édition qui avait terminé 7e du 144 km en 2017, courra avec son père inscrit sur cette distance pour fêter ses 60 ans : « L’Échappée Belle est pour moi un événement incontournable qui m’a déjà apporté tant d’émotions. Le parcours très technique rend la course imprévisible et indécise. C’est un défi avant d’être une course ! » 

Belledonne en Fête

Du vendredi 31 août au dimanche 2 septembre, l’Echappée Belle, c’est aussi 3 jours de fête en Belledonne autour de trail mais aussi de la découverte du massif. Le public et les accompagnants pourront aller voir passer les coureurs sur différents points du parcours et participer aux nombreuses animations (programme complet : www.lechappeebelledonne.com/le-parcours).

Retour sur la deuxième reco proposée par l’organisation : Le Morétan

Une quinzaine de trailers se sont donnés rendez-vous dimanche 5 août pour la deuxième reco officielle de cette édition 2018

L’Échappée Belle équipe ses sites de ravitaillement en vaisselle 100 % compostables pour l’édition 2018 !

Tri sélectif, compost sur les ravitos, utilisation d’ecocups, achats de produits locaux, eco-balisage, incitation au covoiturage... L’Échappée Belle est engagée depuis sa création dans une démarche de développement durable.

Cette année, les sites de ravitaillement seront équipés en vaisselle 100 % compostable grâce à un partenariat avec Marilac qui propose de la vaisselle biosourcée et compostable Ecozema®. Pour relever le challenge jusqu’au bout, cette vaisselle sera compostée dans une plateforme de la région.

> En savoir plus sur les actions de L’Échappée Belle en terme de développement durable

De Jean Collet aux Sept Laux avec l’équipe de Nature Trail

06:05, après avoir laissé une voiture à Pipay, nous voici à pied d’œuvre au parking de Pré Marcel pour rejoindre le Refuge Jean Collet.

Refuge Jean Collet en vue :

Refuge Jean Collet en vue

Le programme du jour ? Retrouver l’équipe de Nature Trail, ils sont sur une traversée de Belledonne autour du GR738 entre La Pra et Allevard et aujourd’hui nous nous joignons à eux pour partager ensemble un bout de Belledonne. Et quel morceau : Jean Collet / Les 7 Laux, la fin de la section royale de L’Échappée Belle, celle qui décide encore trop de coureurs a rendre leur dossard à la base vie du Pleynet… à tord (-:

L’enneigement cette saison est encore très présent et dès le passage de la Mine de Fer nous goutterons au névé, pas longtemps, mais ça permet de vérifier tranquillement les crampons : c’est quand même pas si habituel et autant se mettre à l’aise avec avant d’attaquer la remontée de la Vache.

Versant nord du Col de la Mine de Fer :

Versant nord du Col de la Mine de Fer

Pour apercevoir nos premiers quadrupèdes, il nous faudra patienter jusqu’à la décente de la Brèche de Roche Fendue : bouquetins tranquilles et chamois fuyants. Dans le contexte de la course, cette section à une saveur particulière :

  • c’est une courte pause dans l’ambiance minérale dans laquelle on est plongé depuis la Pra
  • le Col de la Vache est constamment en point de mire, paraissant si loin…

Sous les Arêtes du Pin :

Sous les Arêtes des Pins

Au Pas de la Coche, nous ferons une pause casse-croûte, l’appétit de certain ayant été accentué par une baignade dans le lac… Les nuages remontent par le Habert d’Aiguebelle envahissent le col nous séparant du soleil, il est temps de repartir sous les Arêtes du Pin rejoindre le Col de La Vache. La pente finale est encore fortement chargée de neige et au alentour de 2350m nous chausserons les crampons pour assurer une montée sereine.

Col de la Vache, Ouest :

Col de la Vache, Ouest

Deux styles s’observent à la bascule :

  1. la prudente, main droite dans la caillasse
  2. la glissante droit dans le névé décente, c’est ludique, rapide et bien moins fatigant.

Malgré le raffut de notre équipée nous croiseront encore quelques ongulés se chauffant paisiblement au soleil.

Col de la Vache, Est :

Col de la Vache, Est

Arrivés au Lac du Cos, il est temps de se séparer : nos compagnons sont quasiment à destination (le refuge), en revanche notre binôme doit encore retourner à Pipay. On se salue et sous un soleil aux rayons lourds que nous terminons cette superbe journée par la looongue et non moins fameuse traversée de la Combe du Pra puis une bien moins sauvage traversée de la station de ski des 7 Laux.

Retour sur la reco officielle proposée par l’organisation : le Tour des 7 Laux

07:00, La Martinette : les conditions sont idéales et s’annoncent parfaites pour cette 1ère reconnaissance proposée par les bénévoles de l’Échappée Belle 2018.

C’est plus d’une vingtaine de femmes et d’hommes qui auront répondu présent à cette proposition, certains seront venu de loin (Paris, Clermont-Ferrand, Gap) pour découvrir une partie du parcours qu’il faudra affronter vendredi 31 août pour les plus rapide et dans les 1ères heures du samedi pour la fin de peloton.

Les conditions ne permettrons pas de parcourir le Col de la Vache (encore enneigé) : il faudra boucler le parcours par le Rivier d’Allemont. La variante affiche un supplément de près de 10k/800d+, mais qu’importe, tous garderont le sourire jusqu’au bout, le cadre et la beauté imposante du paysage doit avoir des vertus euphorisante !

Petite pause café au refuge des 7 Laux accueilli comme il ce doit par l’équipe des gardiens. La traversée du plateau permet de dérouler les jambes avant la décente très Belledonniènne dites la Cascade des 7 Laux. Nous croiserons y les 1ers randonneurs de la journée, la saison pour eux aussi commence à peine.

Le Rivier d’Allemont sera notre étape méridienne avant la remontée au Pas de La Coche. Les plus valeureux choisiront de pousser le vice jusqu’au col de l’Aigleton, sans aucun regret.

Le vent au Pas ne se prêtera à pas à un moment de pause et c’est dans un Habert d’Aiguebelle flambant neuf (mais encore un peu en travaux) que se fera le dernier arrêt avant la traversée du domaine skiable de Prapoutel. Il ne reste qu’à rejoindre le versant est en basculant un peu au dessus du col de Merdaret.

Ça y est le tour se termine, les arrivées se font un peu au goutte à goutte accueilli par Céline sur la terrasse de La Martinette.

Une belle ballade pour une belle journée, à moins que ça ne soit l’inverse… Il est temps de retourner à la maison.

C’est quand déjà la prochaine reco…? :-)